The Saint Louis Blues

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Qui d’Ivan Collendavelloo ou de Paul Bérenger vengera l’ignominie que leur impose Pravind Jugnauth en citant leurs noms comme ceux des politiciens mentionnés dans le résumé d’un rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD) évoquant un cas de corruption dont la firme danoise BWSC se reconnaît coupable ? Triton ne fera pas résonner sa conque recourbée annonçant l’arrivée de Poséidon ; le blues du moment est celui du personnel politique qui distille d’un côté la guildive faite de combines politico-financières et de l’autre la tafia plus vulgaire et populaire provenant des histoires de touche-pipi. La population mauricienne, ce peuple de sentimentalo-couillons abreuvé de partisanerie frelatée, parvient à peine à se remettre de sa gueule de bois de la veille que déjà la presse lui sert un nouveau scandale qui se déguste cul-sec.

En ce moment où notre personnel politique nous gratifie de cette tempête électrique, il semble de bon ton pour quelques échotiers de presse d’accorder du crédit à l’un plutôt qu’à l’autre des protagonistes cités dans l’affaire des turbines de la centrale électrique de Saint-Louis. D’un côté, il y a Bérenger qui présume que personne ne prêtera foi à quelque atteinte à son intégrité et, de l’autre, il y a Collendavelloo qui aurait souhaité que son Premier ministre soit davantage procédurier qu’expéditif à son égard alors qu’il prend la peine de fournir des explications qui ne clarifient rien du tout.

Ce qui est clair néanmoins c’est que, pour une fois, le rôle obscur que certains personnages auraient pu avoir joué dans une affaire de corruption met en lumière deux personnages phares de notre Etat : l’un étant jusqu’à sa révocation la semaine dernière le vice-Premier ministre du pays et l’autre, à l’époque, le Leader de l’Opposition. Ce qui est clair aussi, c’est qu’il y a la firme BWSC qui reconnaît avoir décaissé les fonds qui auraient servi à la corruption alléguée et qui, au terme d’une enquête qu’elle aurait commandité à des juristes, s’est défait des membres de son personnel qui seraient les auteurs de ces écarts. Par conséquent, cette affaire est loin d’être « farfelue », quel que soit l’entendement que les protagonistes politiques voudraient donner à ce terme.

Indocile ne distillera pas à son tour la logorrhée des « pa-mwa-sa-li-sa » et autres réclamations de « commissions d’enquête » dans le sillage de l’affaire Saint-Louis. Nous n’avons pas l’esprit embrumé par les versions sythétiques que les leaders-dealers des formations politiques servent à nos confrères. Nous entendons, au contraire et plus que jamais, user de notre indépendance pour oser nos vues hors des complaisances qui gangrènent autant la profession du journaliste que la société qu’elle a pour mission d’informer et d’éduquer. Car, ce qui n’est pas du tout clair, c’est pourquoi la presse dite « mainstream » devrait s’emmêler les pinceaux en reprenant les actes de foi que récitent Collendavelloo et Bérenger.

A LIRE AUSSI  ​Rétro Express: Enn vomi lor bistop…

Collendavelloo, de même que Bérenger, peuvent très bien s’adresser à la police pour porter plainte du fait qu’ils fassent l’objet d’allégations portant atteinte à leur intégrité morale et à leur honneur.

Ces personnages politiques, tous deux élus du No. 19 et leaders de leurs formations politiques, ont-ils vraiment besoin d’attendre que le Premier ministre détermine s’il doit recourir à l’ICAC ou à une commission d’enquête pour autant établir leur bonne foi que rétablir leur intégrité ? Comme de bien entendu, ils n’ont aucunement besoin de se soumettre à la décision de Pravind Jugnauth. Ce dernier, les mettant en cause dans une affaire dont il est seul à détenir les bases documentées, est celui qui, à bien voir, s’expose pénalement.

Collendavelloo, de même que Bérenger, peuvent très bien s’adresser à la police pour porter plainte du fait qu’ils fassent l’objet d’allégations portant atteinte à leur intégrité morale et à leur honneur. Étant tous deux des législateurs, ils devraient savoir que l’article 3 de la Constitution leur accorde, à l’un comme à l’autre, le droit de demander la protection de la loi. En effet, puisqu’il s’agit d’un droit fondamental pour tous les Mauriciens, sans distinctions, un ministre ou un député, comme tout citoyen Lamda, peut déposer plainte pour diffamation criminelle1.

L’article 288 (1) du Code pénal précise bien que toute imputation ou allégation portant atteinte à l’honneur ou à la réputation d’une personne constitue une diffamation. Le paragraphe 3 indique que si par l’un des moyens spécifiés à l’article 206, un/une accusé(e) serait reconnu(e) coupable de délit, il/elle sera passible d’une peine d’emprisonnement n’excédant pas cinq ans et peut écoper d’une amende maximale de Rs. 50 000.

N’est-ce pas là une occasion pour Collendavelloo d’enseigner à son Premier ministre ces quelques éléments du droit auquel il est possible de recourir eu égard aux conséquences des procédures que celui-ci a engagé à son encontre ? N’est-ce pas là pour Bérenger un moyen de se blanchir ? Mais, au-delà de ces deux personnages politiques concernés au premier chef, n’est-ce pas là un moyen pour le nouveau Commissaire de police de faire la démonstration de son indépendance en initiant lui-même l’enquête qui remet la police dans son rôle d’auxiliaire de la justice ? N’est-ce pas pour le nouveau commissaire l’opportunité de faire réussir une enquête de Jangi alors que celles qu’il a menées contre Navin Ramggolam et les filles de Dawood Rawat n’ont abouti qu’à de retentissants plantages à l’épreuve des tribunaux ? Ici, dans l’affaire Saint-Louis, avec les corrupteurs déjà désignés à faire extrader, le fameux Jangi ne peut que briller puisque la lumière est déjà faite et qu’il s’agit désormais d’en user pour que l’affaire des turbines de la centrale de Saint-Louis ne produise réellement le black-out supposé.

A LIRE AUSSI  Le couvant de Laurette…

Avant les dernières législatives, nous faisions part de « l’homme qui aujourd’hui évoque une « erreur » parce que sa formation a consenti à un chèque de Rs. 10 millions. C’est tellement rare que les hommes politiques osent reconnaître une erreur que l’aveu en paraît charmant. Mais, entend-t-il réparer cette erreur et, dans une telle éventualité, comment compte-t-il s’y prendre ? D’un côté, il y a des journalistes complaisants qui, tout braves qu’ils sont, ne poussent pas la hardiesse à le lui demander. De l’autre côté, ce ne sont pas les propagandistes engagés dans les médias croissants du MSM où les appétits sont gargantuesques qui vont lui poser la question. On devra donc se contenter de cette déclaration, sans intention aucune ».

Dire qu’il s’agit d’une « erreur » alors que sa réputation personnelle est engagée dans la propagande de « la main propre » montre les aptitudes à l’euphémisation du personnage politique de référence du MMM. Bien sûr qu’il ne s’agissait pas d’un problème conjoncturel pour son parti qui, comme toutes les autres formations politiques, ont « cartélisé » le parlement mauricien en usant d’un financement aussi mafieux qu’il est opaque. Bien sûr que le « kamarad Paul » n’est pas plus à l’abri de ces embarras que le Pravind aurait pu éventuellement éprouver avec des personnages liés au trafic de drogue. La question était et demeure celle des moyens que se donne le personnel politique pour que le financement ne fasse pas de leurs partis des organisations mafieuses.

Certes, ce type de propos apporte un fort contraste par rapport à la mièvrerie dont use la lâcheté de la bourgeoisie médiatique ; oui, celle qui nous fait grief de radicalité dans les mondanités plutôt que dans leurs colonnes ! Mais, ce type de propos sert justement à vaincre les faux-fuyants et participer à l’édification du plus grand nombre, cette multitude qui peine à avoir les yeux en face des trous. C’est bien pour cela, quand bien même que nous étions seuls à adopter cette posture, nous invitions nos compatriotes à décapiter cette mafia.

La question était et demeure celle des moyens que se donne le personnel politique pour que le financement ne fasse pas de leurs partis des organisations mafieuses.

Nous sommes bien à l’ère du marketing, en particulier celle du narcissisme alimenté par les « Like » de la lecture superficielle qui célèbre les décérébrés dont on fait les vedettes. Nous ne pouvons pas prétendre que cela nous importe peu tant cela cause un tort immense à notre profession. Et c’est bien pour cela que nous n’entendons pas nous soustraire à notre devoir d’informer pour ânonner, avec le personnel politique, que nous avons affaire à un « peuple admirable ». Il ne l’est pas ! Dans le cadre de nos fonctions, cela ne change rien à l’affaire que nos lecteurs apprécient ou pas un constat aussi peu flatteur. Car, c’est bien parce que la masse est ignorante que la presse a pour devoir de l’éclairer.

A LIRE AUSSI  On achève bien les chevaux…

Aussi, nous refusons de participer au marché des dupes en faisant, nous aussi, accroire à nos lecteurs qu’il y aurait du sens à débattre entre une commission d’enquête ou l’ICAC. Cela ne fait aucun sens. Dans la mesure où ils disposent des recours en vertu des dispositions constitutionnelles, les protagonistes ne peuvent se poser en sujets dépendants de la décision du Premier ministre. Celui-ci serait, au contraire, celui qui serait davantage contrarié si Collendavelloo et Bérenger déposaient plainte pour diffamation criminelle. Alors, pourquoi ne le font-ils pas ? Pourquoi, avec toute l’armada de conseillers juridiques dont ils disposent, ne l’ont-ils pas déjà fait ?

Pour que la population use de sa matière grise, il faudrait d’abord passer par la case dégrisement et purger les esprits de toute la tourbe provenant des alambics des éditorialistes de la presse généraliste. Ce sont ceux-là qui ont concocté leurs mélanges des restes Ramgoolamiens qui ont fait vomir les militants les plus sincères et engagé les autres dans ce « Bérengisme » aussi imbécile que le culte rendu aux Jugnauth. Il faut bien leur faire ravaler leur morve à ceux-là nostalgiques de l’histoire d’un combat politique et partisan qui occulte celui des bénévoles qui continuent de se battre contre les causes de toute la misère qui s’est agglutiné dans nos périphéries urbaines. Il faut bien faire taire tous ceux qui n’ont eu de cesse de glapir à chaque dissidence quand Paul Bérenger se plaint des « traitres » et des « transfuges ».

Il est temps que tout le monde se réveille. Voir le nom de Paul Bérenger associé au scandale de la centrale de Saint-Louis ne peut surprendre que les militants naïfs du MMM et des crédules qui osent se prétendre journalistes. En dépit des vertus dont les divers clans se réclament, il faut pouvoir dire que, peu importe qu’il s’agisse du MMM ou des autres formations politiques, le militantisme politique se résume désormais au suivisme complaisant d’un leadership politique très peu soucieux de ses financements mafieux.

C’est ce que la lâcheté médiatique a su taire habilement jusqu’ici. Aussi nous nous faisons fort de le proclamer tout haut. Nous ajoutons même que rien ne changera sans les accents rageurs de l’électorat pour venger les bleus à l’âme qui lui sont constamment infligés. Au No. 19, c’est bien évident : les chiens galeux poursuivront leur vacarme abrutissant… Car, à défaut de les affronter et de les achever, on ne voit toujours pas de chiens morts flotter dans le Canal Pont-22 !

Joël TOUSSAINT

1La diffamation, c’est quoi ? C’est le préjudice à la réputation d’une personne. La déclaration diffamatoire qui vise à dénigrer une personne peut se produire verbalement, en forme écrite ou imprimée, ou publiée sur le Net. Toute personne peut rapporter une affaire à la police lorsqu’elle sent qu’une déclaration faite à son encontre vise à ternir sa réputation, l’exposant à la honte, l’humiliation, la haine, le ridicule ou le mépris.


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *