Radio One: Géraldine Geoffroy pour dépoussiérer l’info ?

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Avenante, certes, cette Sudiste n’est pas de ces femmes à la voix minaudante. La voix est aussi chaude qu’elle est ferme et posée, ce qui en dit long sur le caractère d’une journaliste radio.

Après son transfert dans ses nouveaux locaux à Albion Docks, Radio One passe cette fois par une cure de rajeunissement en nommant Géraldine Geoffroy à la rédaction en chef. Cette radio de référence, qui projetait le monde médiatique mauricien dans le nouveau millénaire au moment de la libéralisation des ondes, affiche aujourd’hui à l’audimat un bilan calamiteux. Pour Géraldine Geoffroy, qui aura deux décennies à son compteur professionnel, la mission est colossale.

De toute évidence, « La Radio de l’Info » s’était éloignée de sa mission, s’engageant davantage dans l’animation et le divertissement. De la promotion initiale articulée autour d’une brochette de VIP de la scène médiatique, il n’était resté qu’une vieille pie en la personne de Finlay Salesse. Ses plus jeunes collègues, sans doute plus humbles, semblent avoir échappé à la vedettisation qui a toujours miné la presse bourgeoise. Ce fléau, devenu plus populaire, aura profité à Radio Plus, la station qui racole clowns et mamies avec force chouchou et piments.

Les chiffres de Kantar TNS sont venus, encore une fois, démontrer la suprématie de Radio Plus qui, avec plus de 40 % de l’audience, caracole avec aisance en tête de classement. La réussite, comme autant le problème, c’est justement l’aisance : la station de la rue Labourdonnais se contente de faire mousser l’actualité politique saupoudrée de quelques nouvelles salaces ou gores prélevées des expéditions policières. Mais il n’y a pas lieu de chipoter, c’est de l’info ; pas de celles qui rendent plus intelligent, mais à l’ère des réseaux sociaux et de l’opinion facile, l’audience se maintient pour peu que cela alimente la conversation.

A LIRE AUSSI  En phase de maintenance!

En matière d’information justement, c’est Top FM qui ramène les plus belles prises. La radio de Kris Caunhye présente les oranges infectées qui font grincer des dents. Surtout à l’IBA, dont personne ne s’interroge sur les les législateurs qui ont procuré à cet organisme des pouvoirs de censure au-delà du cadre des délits jusqu’ici prévus sous le code pénal. Quoi qu’il en soit, on réalise que cette station dispose d’une rédaction qui opère comme une véritable fourmilière pour vérifier ses informations et évitant les pièges pouvant survenir compte tenu des embarras politiques que les nouvelles suscitent.

Géraldine Geoffroy, néanmoins, a appartenu à l’écurie de la rue Labourdonnais. Elle sait qu’elle ne dispose ni d’une rédaction comme celle qui opère en réseau au sein du groupe Le Défi, ni n’hérite-t-elle de journalistes essentiellement tournés vers les enquêtes de nature à bousculer l’agenda politique. Mais ce serait là une vue étriquée de l’info : il lui reste à revenir aux bases du métier et renouer avec ses divers genres. Car, il est toujours possible de faire des reportages radiophoniques, des émissions axées sur la connaissance, les sciences de l’homme ainsi que la technologie. Cette approche ne lui est pas inconnue puisque Géraldine Geoffroy a aussi collaboré avec Laurent Dubourg qui excelle dans le reportage.

Il y a donc de la marge pour cette femme très terre-à-terre et qui aurait un sens de l’équipe, selon ses collaborateurs. Mais entre une équipe rédactionnelle et une direction administrative, il y a toujours la réalité des négociations pour disposer des moyens en vue d’atteindre certains résultats, dont celui prioritaire de sortir de sous la barre de 15% d’audience pour se mettre au moins au diapason de Top FM. C’est peut-être à ce niveau, plutôt qu’au plan journalistique, que le rôle de la rédactrice-en-chef s’exercera avec quelques difficultés.

A LIRE AUSSI  Mesures Covid-19 : La société civile s’exprime face à la coalition Gouvernement-Oligarchie

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *