Quel est le rôle de la diaspora ?

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Pour la première fois dans l’histoire du pays, les membres de la diaspora se sont mobilisés en solidarité avec leurs concitoyens à Maurice le même jour pour partager leurs préoccupations et leurs revendications. Jamais auparavant n’avait-on vu un tel intérêt de la diaspora pour tout ce qui se passe dans leur pays natal. Pourquoi se sent-elle si concernée ?

La mobilisation populaire contre l’inaction officielle dans le contexte de la catastrophe écologique a été marquée le 29 août et le 12 septembre par la participation de la diaspora mauricienne en Europe, en Amérique du Nord et en Afrique. Le 12 septembre, les mauriciens établis sur ces trois continents ont manifesté en même temps que leurs concitoyens à Mahébourg, comme ils l’avaient fait le 29 août.

Les technologies de communication aidant (réseaux sociaux, médias internationaux), la diaspora suit de près l’actualité à Maurice et contribue aux débats locaux dans la presse écrite et parlée en y apportant une perspective indépendante (non-partisane) et objective. Elle est d’autant plus intéressée à faire entendre sa voix qu’elle a des intérêts économiques dans le pays (propriétés privées ou investissements divers) et des liens sociaux avec les résidents locaux (amis et famille). La plupart des membres de la diaspora ont la double nationalité et visitent régulièrement leur pays natal en y dépensant leur argent, non sans compter le fait qu’ils envoient fréquemment des devises aux familles laissées derrière. Les envois de devises (foreign remittances) contribuent à la balance des paiements du pays.

Certes, rien n’est parfait dans les pays d’adoption, mais il y existe des contre-pouvoirs réels, des garde-fous contre les tentations autoritaires, voire totalitaires, et le recours juridique efficace contre l’arbitraire, l’injustice et la discrimination.

La diaspora a à cœur l’intérêt national et veut que le pays se développe en adoptant les normes de gouvernance démocratique auxquelles elle est habituée dans ses pays d’adoption. La diaspora est attachée aux valeurs telles que des élections libres, l’Etat de droit, la séparation des pouvoirs, l’indépendance des institutions, la méritocratie, le respect des droits des minorités, les droits au logement, l’éducation et la sécurité sociale, l’égalité des chances, et le refus du racisme et des discriminations diverses. Les membres de la diaspora vivent ces valeurs chaque jour dans leur vie quotidienne, qu’elle soit sociale ou professionnelle.

A LIRE AUSSI  ​Décès de George Fernandes, ancien ministre indien de la Défense

Quand il y a des manquements évidents aux normes de bonne gouvernance à Maurice, la diaspora est en mesure de les juger à l’aune des valeurs démocratiques de ses pays d’adoption. Elle se demande pourquoi le pays natal, qui se vante d’être un pays à revenu élevé, ne peut pas être gouverné de la même façon que le pays d’adoption. Certes, rien n’est parfait dans les pays d’adoption, mais il y existe des contre-pouvoirs réels, des garde-fous contre les tentations autoritaires, voire totalitaires, et le recours juridique efficace contre l’arbitraire, l’injustice et la discrimination.

De Londres à Paris, de Toronto à Dublin, de Génève à Melbourne, la diaspora peut se permettre de manifester sans se laisser intimider par la police ou les partisans régimistes parce qu’elle vit dans la sécurité entière (physique, économique et financière). Elle est solidaire non seulement moralement, mais aussi financièrement. Elle a les compétences et la capacité de sensibiliser l’opinion internationale sur les tragédies écologique et économique dans le pays, à en juger par les nombreuses interventions de mauriciens sur les chaînes de radio-télévision étrangères et les articles dans la presse internationale (notamment les textes bien articulés de Nishan Degnarain).

Etant donné ses intérêts économiques et sociaux dans le pays natal, la diaspora mérite le droit de voter aux élections à Maurice. Tous les grands pays donnent le droit de vote à leurs expatriés à l’étranger. La diaspora peut apporter au débat local un éclairage nouveau et fécond en analysant les enjeux nationaux selon la perspective des valeurs démocratiques modernes.

A LIRE AUSSI  Tariq Ramadan : Ne pas se tromper d’ami.

La jeunesse de la diaspora a une conscience écologique très poussée, étant partie prenante du débat sur les enjeux climatiques, et elle se sent vivement interpellée par la pollution des lagons et la mort de dauphins asphyxiés par des huiles toxiques.

Prakash Neerohoo

Basé au Canada où il exerce comme spécialiste des systèmes de taxation , Prakash Neerohoo continue de considérer l’évolution de la société mauricienne au plan social, économique et politique. Il est un contributeur régulier dans de nombreux titres de la presse mauricienne.


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

One comment

  1. Bonjour à L’Indocile et à ses lecteurs…
    Depuis déjà longtemps, les principales organisations internationales, dont l’ONU et L’UE, considèrent le droit de vote des diasporas comme un indice important de démocratie. De ce fait, ces organismes incitent régulièrement leurs partenaires à valider cette disposition dans leurs droits positifs. La République de Maurice, comme partenaire de L’UE, s’est ainsi plusieurs fois engagée à donner ce pouvoir à ses ressortissants à l’étranger… Sans jamais le faire… Et sans jamais être sanctionnée par l’Europe…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *