Démantèlement de la BAI: Dawood Rawat s’adresse directement à la population

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Dawood Rawat, le pdg de la BAI, dans son premier videocast pour expliquer le démantèlement de son groupe.

Le groupe BAI a-t-il été démantelé dans le cadre d’un complot politique ? Ce  n’est pas dans la presse mainstream que Dawood Rawat, le pdg du groupe, entend répondre à la question. De Paris, il démarre sa série d’explications par le biais d’une séquence vidéo postée par notre confrère liberation.mu et la diffusion se fait grâce à la viralité des réseaux sociaux. Nous apprenons que dans la foulée, sa fille Laina entame une procédure en cour suprême en vue d’une injonction pour objecter à la vente de la MauBank.

​Laina Rawat fait valoir, pour soutenir sa démarche, l’affidavit d’un témoin qui affirme sur l’honneur que le secrétaire financier et l’ex-ministre Badhain auraient fait pression sur des hauts cadres du groupe BAI afin d’obtenir des renseignements sur des transactions de l’ex-Premier ministre, Navin Ramgoolam, avec la Brammer Bank. 

Ce même témoin affirme également qu’André Bonieux, alors responsable de la branche locale de PWC, aurait fait une présentation, dans la nuit du 2 au 3 avril 2015, de la manière dont le groupe devait être démantelé.

​Pour rappel, la Banque de Maurice avait émis un communiqué le 2 avril annonçant la révocation de la licence de la Bramer Bank et la nomination d’André Bonieux et de Mushtaq Oosman comme administrateurs judiciaires (receivers). Or, à plusieurs reprises, Laina Rawat a affirmé qu’André Bonieux sollicitait des renseignements au sujet du groupe BAI dès le début de mars 2015, bien avant sa nomination en tant qu’administrateur judiciaire. Mais après avoir participé aveuglément au lynchage médiatique de la famille Rawat, la presse mainstream, qui s’était fait écho de la thèse farfelue du gouvernement alléguant d’un Ponzi, s’est bien gardé de relever l’incohérence apparente.
 
C’est dans ce contexte que sort donc cette première vidéo de Dawood Rawat qui veut, dit-il, apporter sa version des faits en s’adressant « directement à la population ». Le pdg du groupe BAI que son conglomérat s’est constitué au fil de ces 50 dernières années au cours desquels les clients et les actionnaires n’ont jamais connu de défauts de paiement pour leurs placements.

Dawood Rawat évoque ainsi comment, à la fin de mars 2015, la nouvelle direction de la Banque Centrale réclamait une restructuration de la financiarisation du groupe. Puis vint l’instruction pour l’injection de Rs. 350 millions alors des déposants institutionnels effectuaient une série conjuguée de retraits.
 
Dans son message videocasté, Dawood Rawat revient aussi sur la question du financement des partis politiques. Pour le pdg du groupe BAI, les paiements effectués en faveur des partis politiques relevaient d’une nécessité. Faute de quoi, il pense que les entreprises ne seraient pas à l’abri de mesures revanchardes. Il estime que c’est ce qui explique la manière dont les gouvernants du jour ont détruit et disséminé le conglomérat BAI « sans pitié ».
 
Dawood Rawat a donné rendez-vous aux internautes pour d’autres révélations. Dans une quinzaine de jours, avance-t-il.  


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *