Covid-19 : Crise sanitaire plus longue et très meurtrière en Afrique

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

L’OMS prévoit entre 150 000 et 190 000 décès pour les 45 pays de la région Afrique

Près d’un quart de milliard de personnes à travers l’Afrique attraperont le coronavirus au cours de la première année de la pandémie, et jusqu’à 190 000 d’entre elles mourront probablement, à moins que des mesures urgentes ne soient prises pour lutter contre l’infection, révèle une étude de modélisation prédictive, publiée dans BMJ Global Health. Ces chiffres, révélés par l’OMS, indiquent un taux d’exposition et de propagation virale plus faible que dans d’autres parties du monde. Mais l’augmentation des admissions à l’hôpital, des besoins en soins et de l’impact sur d’autres conditions de santé dans la région limiterait gravement les ressources sanitaires et aggraverait l’impact du virus, prévient l’OMS.

Contrôle de température pour une femme à l’hôpital au Zimbabwe. Photo : Zinyange Auntony (AFP)

En tout, environ un sur quatre (22 %) sur le milliard de personnes de la Région Afrique de l’OMS seraient infectées au cours des 12 premiers mois. Et 37 millions pourraient avoir des symptômes, mais les estimations suggèrent que ce chiffre pourrait être aussi élevé que 44 millions. L’OMS révèle que les calculs des proportions de personnes infectées suggèrent que Maurice, les Seychelles et la Guinée Equatoriale, devraient avoir les proportions les plus élevées de personnes infectées.

Alors que la modélisation a montré un taux d’infection globalement plus faible en Afrique par rapport à l’Europe et aux États-Unis, les experts ont averti que les systèmes de santé pourraient rapidement être submergés. L’étude prévoit environ 4,6 millions d’hospitalisations COVID-19, avec 140 000 cas graves nécessitant de l’oxygène et 89 000 autres nécessitant un soutien respiratoire. « L’interruption de la propagation pour prévenir la transmission généralisée de la collectivité est essentielle parce que ses effets vont au-delà du nombre de cas et de décès COVID-19 et affectent la capacité du système de santé à fournir d’autres services essentiels », peut-on lire dans le rapport.

DECOUVREZ AUSSI  Cette élite inadaptée!

« Les pays de la Région africaine de l’OMS doivent accroître la capacité de leurs hôpitaux primaires, en particulier, afin d’atténuer les conséquences de la propagation généralisée de la propagation communautaire du SRAS-CoV-2 », et cela comprend les besoins de base en matière de soins d’urgence », recommande l’OMS en conséquence.

Les chercheurs estiment que 4,6 millions de personnes, mais peut-être jusqu’à 5,5 millions, devraient être hospitalisées : 140 000 seraient gravement infectées par le COVID-19 et 89 000 seraient gravement malades. Quelque 150 000 vies seraient perdues en conséquence, mais ce chiffre pourrait atteindre 190 000, selon les estimations.

De nombreux modèles mathématiques utilisés pour prédire les taux de transmission et de mortalité en Afrique n’ont pas suffisamment intégré des caractéristiques propres à la région et à ses différents pays. Or, ces facteurs sociaux, développementaux, environnementaux et de santé de la population affectent néanmoins la propagation du virus et la gravité du COVID-19, expliquent les chercheurs. Ils se sont donc adaptés à ces facteurs dans leur modélisation afin de prédire les conséquences les plus probables d’une propagation généralisée et soutenue du SRAS-CoV-2.

Leurs estimations indiquent que la pandémie pourrait se propager plus lentement en Afrique, avec moins de cas graves et de décès que dans d’autres parties du monde, comme les États-Unis et l’Europe, mais elle devrait persister plus longtemps, et peut-être pendant plusieurs années.

Des admissions à l’hôpital seraient nécessaires dans les zones où l’accès aux services de santé est déjà faible, en particulier pour les plus défavorisés, soulignent les chercheurs. Et la réduction des capacités de dépistage et de diagnostic et la mauvaise qualité des systèmes de surveillance et de collecte de données, en particulier dans les zones rurales, rendraient encore plus difficile la réponse efficace, soulignent-ils.

DECOUVREZ AUSSI  COVID-19 - Au bout du confinement: L'ECHEC !
Les pays d’Afrique doivent accroître la capacité de leurs hôpitaux primaires , selon l’OMS

L’augmentation connexe des admissions à l’hôpital et des besoins en soins détournerait les ressources déjà limitées utilisées pour s’attaquer aux problèmes de santé majeurs dans la région, tels que le VIH, la tuberculose, le paludisme et la malnutrition, aggravant ainsi l’impact du coronavirus, préviennent les chercheurs.

« Ces défis en matière de capacité du système soulignent la nécessité d’assurer le succès des mesures de confinement afin d’éviter la nécessité de mesures d’atténuation qui, malgré des cas relativement moins nombreux attendus dans la Région, seront difficiles à instituer », écrivent-ils.

Le succès des mesures de confinement, telles que la traçabilité des contacts, l’isolement, le lavage des mains et la distanciation physique, est essentiel, « car les systèmes de santé ne sont pas conçus pour atténuer les conséquences de la transmission généralisée du SRAS-CoV-2 », ajoutent-ils.

La région Afrique de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) comprend 47 pays, mais exclut Djibouti, l’Égypte, la Libye, le Maroc, la Somalie, le Soudan et la Tunisie. Au 29 avril, 45 pays avaient signalé des cas de SRAS-CoV-2, le coronavirus responsable de l’infection à COVID-19.


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *