Budget 2021 – 2021 : Le gouvernement sérieusement handicapé sur la notion d’inclusion

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Une unique mention de la personne handicapée dans la « Nouvelle Normalité »du gouvernement

Armoogum Parsuramen, le président de la Global Rainbow Foundation, se dit inquiet du peu de considérations du gouvernement pour les personnes handicapées et l’amélioration de leurs conditions de vie. Il fait ressortir les omissions de la mention des personnes handicapées à l’ordre du jour de la loi relative au Covid-19 et ses dispositions diverses, adoptée le 09 mai 2020, ainsi que du discours du budget 2020-2021 : « Notre nouvelle normalité : Economie de la Vie », présenté le 04 juin 2020.

« Il est inquiétant que, dans le cadre de ses deux mandats consécutifs, le gouvernement n’a pas tenté d’atteindre ses objectifs d’autonomisation des personnes handicapées (People with Disabilities – PWD) et n’a pas fait d’effort non plus pour mettre ses paroles en pratique en vue d’améliorer la vie des personnes handicapées », affirme le Pr. Parsuramen, devenu la figure emblématique de la cause des handicapés à Maurice.

Pr. Armoogum Parsuramen, le président de la Global Rainbow Foundation. La même tenacité pour exiger des gouvernements une législation inclusive en faveur des handicapés.

L’ancien ministre de l’Education du premier gouvernement MSM et passé secrétaire-général de l’UNESCO tente de jongler entre l’usage de la diplomatie et la réprimande de l’élève obtus. « J’apprécie que le gouvernement ait présenté des résolutions optimistes dans le discours du budget 2020-2021. Je suis heureux de constater que le budget du gouvernement comprend des systèmes de soutien au logement, à la médecine et à l’emploi, ainsi qu’aux groupes les plus vulnérables », dit-il. Mais, il lui importe de préciser que : « Si les termes ‘vulnérables’ et ‘groupe(s) vulnérables’ ont été mentionnés, il n’y a eu néanmoins, aucune mention adéquate des personnes handicapées, sauf pour une fois à la page 44 du para 302 : ‘Personnes handicapées et gravement handicapées âgées de plus 60 ans et ceux de moins de 18 ans bénéficient de visites médicales à domicile’ ».

Maurice, à ce jour, compte environ 60 000 PWD, qui constituent la communauté la plus vulnérable de l’île, explique Parsuramen. Et, en faisant l’impasse sur les personnes handicapées, le gouvernement semble avoir manqué l’inclusivité sous-jacent d’une politique orienté vers groupes vulnérables, constate-t-il.

A LIRE AUSSI  Les petits planteurs réclament une étude systémique du secteur cannier

Le plaidoyer du président de la GRF prend même le ton du réquisitoire quand il fournit les preuves documentées de l’abandon du gouvernement. Il se réfère au manifeste électoral 2014 : « Page 12: Un ‘Disability Discrimination Bill’ sera présenté afin d’éliminer toute discrimination sur la base d’incapacité physique et mentale ».

Anerood Jugnauth entendait bien composer l’Arlesienne puisque le cher Pr. Parsuramen trouve bien à la page 6, Para 21 de son programme gouvernemental 2015 – 2019 qu’une « nouvelle législation sera adoptée afin d’assurer plus de protection et de sécurité aux personnes âgées, les femmes, les enfants et les handicapés physiques. Les peines pour les contrevenants seront considérablement augmentées ». Idem à la Page 7, Para 25 : « Le gouvernement propose de modifier les articles 3 (Droits fondamentaux et libertés individuelles) et 16 (Protection contre la discrimination) de la Constitution en vue d’interdire la discrimination et présenter un projet de loi sur les personnes handicapées afin d’offrir une protection supplémentaire aux personnes handicapées ». Mais, comme dans le conte de Daudet, la belle Arlésienne ne s’est jamais présenté à la noce.

Ces résolutions qui n’aboutissent pas, le président de la GRF ne les a certainement pas inventées. Et compte tenu du fait que le ministre Padayachy fait l’économie des handicapés en les passant à la trappe dans son budget, Parsuramen se rend bien compte que ce ne devrait guère être différent avec le fils Jugnauth. Partant de ce manifeste électoral de 2014 où le gouvernement n’a pu réaliser la plupart de ses engagements envers la communauté des PWD, Armoogum Parsuramen constate que « l’absence d’engagement à mettre en œuvre lesdites lois et dispositions se répète dans ce nouveau mandat ». Ce qui le fait regretter « une absence de conviction gouvernementale pour mettre en œuvre ses postulats ».


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *